Cours 3 - Organiser un projet

Organisation d’un dépot de code Ansible

Voici, extrait de la documentation Ansible sur les “Best Practice”, l’une des organisations de référence d’un projet ansible de configuration d’une infrastructure:

production                # inventory file for production servers
staging                   # inventory file for staging environment

group_vars/
   group1.yml             # here we assign variables to particular groups
   group2.yml
host_vars/
   hostname1.yml          # here we assign variables to particular systems
   hostname2.yml


site.yml                  # master playbook
webservers.yml            # playbook for webserver tier
dbservers.yml             # playbook for dbserver tier

roles/
    common/               # this hierarchy represents a "role"
        ...               # role code

    webtier/              # same kind of structure as "common" was above, done for the webtier role
    monitoring/           # ""
    fooapp/               # ""

Plusieurs remarques:

  • Chaque environnement (staging, production) dispose d’un inventaire ce qui permet de préciser à runtime quel environnement cibler avec l’option --inventaire production.
  • Chaque groupe de serveurs (tier) dispose de son playbook
    • qui s’applique sur le groupe en question.
    • éventuellement définit quelques variables spécifiques (mais il vaut mieux les mettre dans l’inventaire ou les dossiers cf suite).
    • Idéalement contient un minimum de tâches et plutôt des roles (ie des tâches rangées dans une sorte de module)
  • Pour limiter la taille de l’inventaire principal on range les variables communes dans des dossiers group_vars et host_vars. On met à l’intérieur un fichier <nom_du_groupe>.yml qui contient un dictionnaire de variables.
  • On cherche à modulariser au maximum la configuration dans des roles c’est à dire des modules rendus génériques et specifique à un objectif de configuration.
  • Ce modèle d’organisation correspond plutôt à la configuration de base d’une infrastructure (playbooks à exécuter régulièrement) qu’à l’usage de playbooks ponctuels comme pour le déploiement. Mais, bien sur, on peut ajouter un dossier playbooks ou operations pour certaines opérations ponctuelles. (cf cours 4)
  • Si les modules de Ansible (complétés par les commandes bash) ne suffisent pas on peut développer ses propre modules ansible.
    • Il s’agit de programmes python plus ou moins complexes
    • On les range alors dans le dossier library du projet ou d’un role et on le précise éventuellement dans ansible.cfg.
  • Observons le role Common : il est utilisé ici pour rassembler les taches de base des communes à toutes les machines. Par exemple s’assurer que les clés ssh de l’équipe sont présentes, que les dépots spécifiques sont présents etc.

Roles Ansible

Objectif:

  • Découper les tâches de configuration en sous ensembles réutilisables (une suite d’étapes de configuration).

  • Ansible est une sorte de langage de programmation et l’intéret du code est de pouvoir créer des fonction regroupées en librairies et les composer. Les roles sont les “librairies/fonction” ansible en quelque sorte.

  • Comme une fonction un role prend généralement des paramètres qui permettent de personnaliser son comportement.

  • Tout le nécessaire doit y être (fichiers de configurations, archives et binaires à déployer, modules personnels dans library etc.)

  • Remarque ne pas confondre modules et roles : file est un module geerlingguy.docker est un role. On doit écrire des roles pour coder correctement en Ansible, on peut écrire des modules mais c’est largement facultatif car la plupart des actions existent déjà.

  • Présentation d’un exemple de role : https://github.com/geerlingguy/ansible-role-docker

    • Dans la philosophie Ansible on recherche la généricité des roles. On cherche à ajouter des paramètres pour que le rôle s’adapte à différents cas (comme notre playbook flask app).
    • Une bonne pratique: préfixer le nom des paramètres par le nom du role exemple docker_edition.
    • Cependant la généricité est nécessaire quand on veut distribuer le role ou construire des outils spécifiques qui serve à plus endroit de l’infrastructure mais elle augmente la complexité.
    • Donc pour les roles internes on privilégie la simplicité.
    • Les roles contiennent idéalement un fichier README en décrire l’usage et un fichier meta/main.yml qui décrit la compatibilité et les dépendanice en plus de la licence et l’auteur.
    • Il peuvent idéalement être versionnés dans des dépots à part et installé avec ansible-galaxy

Structure d’un rôle

Un role est un dossier avec des sous dossiers conventionnels:

roles/
    common/               # this hierarchy represents a "role"
        tasks/            #
            main.yml      #  <-- tasks file can include smaller files if warranted
        handlers/         #
            main.yml      #  <-- handlers file
        templates/        #  <-- files for use with the template resource
            ntp.conf.j2   #  <------- templates end in .j2
        files/            #
            foo.sh        #  <-- script files for use with the script resource
        vars/             #
            main.yml      #  <-- variables associated with this role
        defaults/         #
            main.yml      #  <-- default lower priority variables for this role
        meta/             #
            main.yml      #  <-- role dependencies
        library/          # roles can also include custom modules
        module_utils/     # roles can also include custom module_utils
        lookup_plugins/

On constate que les noms des sous dossiers correspondent souvent à des sections du playbook. En fait le principe de base est d’extraire les différentes listes de taches ou de variables dans des sous-dossier

  • Remarque : les fichier de liste doivent nécessairement s’appeler main.yml" (pas très intuitif)

  • Remarque2 : main.yml peut en revanche importer d’autre fichiers aux noms personnalisés (exp role docker de geerlingguy)

  • Le dossier defaults contient les valeurs par défaut des paramètres du role. Ces valeurs ne sont jamais prioritaires (elles sont écrasées par n’importe quelle redéfinition)

  • Le fichier meta/main.yml est facultatif mais conseillé et contient des informations sur le role

    • auteur
    • license
    • compatibilité
    • version
    • dépendances à d’autres roles.
  • Le dossier files contient les fichiers qui ne sont pas des templates (pour les module copy ou sync, script etc).

Ansible Galaxy

C’est le store de roles officiel d’Ansible : https://galaxy.ansible.com/

C’est également le nom d’une commande ansible-galaxy qui permet d’installer des roles et leurs dépendances depuis internet. Un sorte de gestionnaire de paquet pour ansible.

Elle est utilisée généralement sour la forme ansible install -r roles/requirements.yml -p roles <nom_role> ou plus simplement ansible-galaxy install <role> mais installe dans /etc/ansible/roles.

Tous les rôles ansible sont communautaires (pas de roles officiels) et généralement stockés sur github.

Mais on peut voir la popularité la qualité et les tests qui garantissement la plus ou moins grande fiabilité du role

Il existe des roles pour installer un peu n’importe quelle application serveur courante aujourd’hui. Passez du temps à explorer le web avant de développer quelque chose avec Ansible

Installer des roles avec requirements.yml

Conventionnellement on utilise un fichier requirements.yml situé dans roles pour décrire la liste des roles nécessaires à un projet.

- src: geerlingguy.repo-epel
- src: geerlingguy.haproxy
- src: geerlingguy.docke
# from GitHub, overriding the name and specifying a specific tag
- src: https://github.com/bennojoy/nginx
  version: master
  name: nginx_role
  • Ensuite pour les installer on lance: ansible-galaxy install -r roles/requirements.yml -p roles.